Je veux qu’on entende le silence.

Raw_test_IDBon sang, qu’est-ce que je cherche obstinément depuis tout ce temps au travers de cette quête de l’esthétique, de la construction du Beau ? – Subjectif, le Beau, relatif ! – Pourquoi montrer au lieu de dire, pourquoi j’écris alors que je pourrais parler ? L’écrit et la création – au sens élémentaire, s’entend - ont été pour moi une porte ouverte qui m’a longtemps sauvée de la douloureuse oralité. Si je préfère les détours et les dits-à-peu-près, c’est que je reviens d’une terre lointaine. Je me recharge dans le silence, je me nourris d’air et de vide : la vérité c’est que je viens d’un monde blanc, où l’air est grand et le ciel immense. J’ai longtemps cherché le fil rouge de cette course en solitaire. J’y ai vu de la lumière, de l’espace, des couleurs particulières, un peu de douceur – c’est vous qui le dites – et de la poésie peut-être. A bien y regarder, je crois qu’en photographiant, qu’en écrivant, je cherche partout le(s) silence(s). « Est-ce que ça fait sens, tu penses ? »

Puis elle m’a dit : sérénité ? J’ai réfléchi et lui ai dit « peut-être, oui ».