De notre mieux

Denotremieux-3Les jours sont pleins du son des grelots que tu agites entre tes doigts malhabiles, de bisous sur ton ventre chaud, de l’odeur de ta peau après le bain, de tes sourires qui nous remuent, de ton babillage très sérieux et de tes petites mains tendues qui cherchent nos visages. Je t’ai dans le creux de mon bras, ton oreille sur ma poitrine qui palpite, tes yeux qui interrogent les miens. Je t’ai dans le creux de mon coeur, toi qui remplit tous les silences – tout le vide, toute la vie -, toi qui me manques quand tu n’es pas là.

La vie depuis toi, ça vient ça va, de haut en bas, ça monte et ça descend, risettes et chaudes larmes, intense et merveilleux, ecchymoses en plein coeur, câlins et sparadraps. Mon plus beau voyage, tu vois, catégorie initiatique avec vue sur l’amer et l’amour à la fois. Tu me confrontes à mes propres démons, je m’efforce à baisser la garde, j’apprends à dompter la culpabilité, à chiffonner mes principes, à te confier à mon intuition, et peu à peu je balaie les fondations tenaces – ! – du désir (in)conscient de perfection pour bâtir à la place les lettres : i n t e n t i o n.

Je crois que les enfants viennent au monde pour faire grandir leurs parents. S’ils sont livrés sans modes d’emploi, c’est qu’ils cachent derrière leurs yeux un livre sans fin aux pages couvertes d’esquisses, de codes, d’histoires, de couleurs et de formules magiques. Quelle vaste entreprise que de s’atteler à comprendre les rouages qui animent cette toute petite personne, quel succulent mystère. Et puisque je ne serai pas cette mère irréprochable qui n’existe que dans mes projections d’hier, je te promets de faire chaque jour de mon mieux et de t’offrir le meilleur de moi-même, avec la lune et la mer et le ciel et les étoiles, si tu le veux.

Denotremieux-1

Denotremieux-2