Life lately – Le goût du sel

sprinkles-8Octobre, empiler comme des oignons le coton et la laine, apprivoiser les chemins de notre (pas si) nouveau quartier, te regarder dormir, te voir grandir, tenir bon des soirées entières à te serrer contre moi, à faire les mille pas en tentant vainement de consoler tes pleurs, ta douleur vrillée tout droit dans nos tripes, et finir par céder sous le poids de ce lien si fort qui nous unit à toi. Les joues trempées. Alors partir respirer les vagues grises et le vent qui pique de la mer, comme une parenthèse familiale fondamentale et nécessaire. T’emmener marcher au bord de l’eau serré contre ma poitrine et t’offrir ta première virée en kuistax sur la digue à un mois. Tanguer encore un peu. Et puis le coeur qui chavire devant tes tout premiers sourires et le remède à tes maux enfin trouvé, te redécouvrir serein. Un mois intense de grands bonheurs teintés d’impuissance, de fatigue et d’un peu de solitude. Telles sont les règles du jeu, on m’avait prévenue. Mais à mesure que le ciel de novembre dehors s’obscurcit, tout s’éclaircit déjà, tu vois.

sprinkles-7sprinkles-3sprinkles-2sprinkles-5sprinkles-4sprinkles-6sprinkles-1