La bonne étoile

Etoile3-1Ce mois de juillet 2016 a pour moi une saveur toute particulière. Les jours se succèdent sans crier gare, la chaleur emprisonne la ville d’un cocon sourd, mes nuits sont courtes, bien trop courtes, je rêve de m’évader loin en pleine nature tandis que j’économise, le souffle court, la force physique qu’il me reste et compte chacun de mes pas. Et dans ce va-et-vient, entre sérénité, attente et envie, il y a cette impression qui rythme cet été doré : je navigue ces jours-ci sous une bonne étoile. Jamais auparavant la joie n’avait autant débordé, humide, de mes yeux. Jamais je n’ai aimé si fort et sans condition. Je leur répète, comme un disque fou, qu’on en a de la chance même si au fond de moi je sais – j’en ai la certitude – que l’on ne doit pas grand chose au hasard.

(…)

Des mots jetés là en désordre il y a deux semaines déjà, quand on vivotait de ville en ville, qu’on fêtait jusque tard dans la nuit tout ce bonheur d’être bien dans nos vies entourés de nos précieux amis. Aujourd’hui, je bénis la légèreté de ces mois denses qui rend plus supportable l’immobilité, l’incertitude et les heures lentes. Et je maintiens tout, je n’efface rien : elle brille toujours au-dessus de nos têtes, la bonne étoile. Alors un jour après l’autre, j’avance et j’apprends, puisque tout ira bien – c’est certain – à la fin.

(Merci pour tout le soutien reçu sur Instagram ces derniers jours, vous êtes des amours.)

Etoile4-1Etoile6-1
Etoile7-1Etoile5-1Etoile1-1