C’est dimanche #49

Dimanche_49-2

Ca y est, j’ai croisé le premier arbre en fleurs sur ma route, j’ai vu la ville prendre le soleil en terrasse et, si ce n’était le thermomètre qui s’entête à stagner au dessous de 8°C, j’aurais déjà sorti mes baskets en toiles et fait tomber mon manteau. Et je ne sais pourquoi, vraiment je me le demande, mes mots tendent à glisser sans crier gare ces temps-ci dans le registre de la mélancolie et du drame météorologique. La réalité est bien plus complexe et nuancée, mais c’est une manie qui me colle à la plume, ce penchant pour les âmes grises. Diable, on ne se refait pas. Un héritage vieux de l’époque où, pour la première fois, j’ai fait l’expérience du pouvoir cathartique de l’écriture et de la satisfaction d’un certain abandon. Mais pourquoi, dites-moi, est-ce que je vous raconte ça ?

Sans transition, voici les mots et les images que j’aimerais partager avec vous aujourd’hui :

Et si ce soir on sortait les pâtes très très vertes au lait de coco ?

Ces cheveux roses !

Un pho, oui ! Mais végétarien et pas trop compliqué.

Je suis tombée en amour avec le travail du photographe Samuel Elkins (son compte Instagram par ici).

Hier soir, j’ai vu (enfin) En quête de sens de Nathanaël Coste et Marc de La Ménardière. Et ça m’a drôlement (positivement) remuée.

Parfaitement étrangère au monde de la danse mais aimantée par cet univers, j’ai été touchée par les mots de Camille.

Bon dimanche !