La créativité c’est (…)

Créativité-2Assises en cercle, nous sommes une dizaine de femmes de tous âges ce matin, habitées par l’envie de faire, d’élaborer, d’imaginer, d’exprimer : de créer. La flamme d’une bougie vacille au centre de l’ellipse attentive. On ne connaît de nous que des bribes cueillies plus tôt derrière nos tasses de thé, adossées au frigo ou à la cuisinière. Quelle simplicité dans l’idée d’étrangeté quand on sait d’emblée qu’on a dans les poches des valeurs à faire résonner, des mains à tendre, des idées à construire, des histoires à échanger.

Quand soudain, cette question : « Qu’est-ce que la créativité ? ». Mon coeur bat à tout rompre dans l’attente de mon tour, fâcheuse habitude héritée de l’enfant timide et lunaire qui survit au fond de moi : vais-je pouvoir mettre en mots les intuitions, les sensations qui me viennent à l’évocation d’un sujet si vaste, versatile et fondamental ? Tandis que je somme mon sang de ralentir la cadence dans mes artères, que je baillonne ma tentation de trop réfléchir, le bâton de parole passe de main en main et voilà ce que j’entends : « Briser le cadre. Puissance d’exister. Vérité de soi à soi. Imagination. Rêverie. Lâcher-prise. Mouvement. Intuition. Changement. Transformation. Travail de la matière. Curiosité. Confiance. Audace. Vibration. Expression. Libération. Connexion. Joie, enfance et jeu. »

Tout fait sens. Les mots fusent, différents, mais gravitent autour de la même essence. Quant à moi, comme et pas mieux que les autres, je dis à peu près : qu’embrasser sa créativité, à mon sens, c’est accueillir son rôle de prisme, accepter que le monde nous passe à travers, à travers le filtre d’un bagage individuel, intellectuel, culturel et relationnel qui nous est propre. On ne rencontre sa créativité qu’en apprivoisant notre perception des choses et en l’exprimant par un médium – pictural, oral, graphique, corporel,… – et en acceptant que cette vision particulière puisse nourrir ceux que l’on rencontre. De la même manière que l’on se nourrit de leurs perceptions à eux.

On se quitte, un peu plus riches, dans une odeur de cire et de flamme soufflée. Et moi j’aimerais prolonger la réflexion, encore. Vous êtes-vous déjà demandé comment vous conceviez la créativité ? Vous est-elle essentielle ou, au contraire, est-ce que la créativité vous effraye ? Comment en quelques mots résumer une telle idée ?