Daily sprinkles

(Re)commencement

Avril2016-2

Il y a un an nous nous apprêtions à prendre la route pour un voyage symbolique rien que tous les deux. Le dernier si loin avant la vie à trois. Je ne suis pas quelqu’un de nostalgique, il ne m’est encore jamais arrivé de considérer que ma vie était « mieux avant », j’aime trop le présent et les projets pour prendre le temps de ça. Mais, comme tout le monde je crois, j’ai une tendresse particulière pour certaines périodes passées. Il y a un an je sentais à travers ma peau les premiers mouvements de mon bébé, mon coeur était léger, mon corps était mon allié, nous annoncions peu à peu – amoureux – la grande nouvelle à nos chers amis, je fêtais mon vingt-huitième anniversaire dans le vent frais de Copenhague et nous embarquions dans la foulée pour deux longues semaines sur la côte ouest des Etats-Unis. Cette période a dans mon esprit le goût des croissants et de l’Océan, du grand air et du parquet grinçant. Et en dedans cet enfant qui, déjà, prenait toute la place. Pas un jour de ma vie depuis où je n’ai pas pensé à lui. Tout mon corps et tout mon esprit – et les siens, aussi – se sont mis dès janvier 2016 à tourner autour de cette grande folie.

Après avoir passé l’été, l’automne et l’hiver en apnée – dédiée, consacrée, sacrifiée parfois -, j’accueille cette nouvelle année qui s’en vient avec sérénité et envie. Je vous écris tous les ans qu’Avril est pour moi le véritable commencement, qu’il symbolise plus que Janvier encore le temps du renouveau. Un nouveau cycle commence et je suis là, face à tout l’inconnu qui m’attend, prête à me retrouver, m’écouter, me soigner. M’aimer en passant. Noir sur blanc je m’engage à prendre le temps de réapprivoiser mes contours et à réapprendre l’ancrage afin d’entretenir avec sérénité la flamme de l’empathie, de l’humilité et du don de soi dans un juste équilibre.

Sur le fil. Toujours. Alors allons-y.

Avril2016-1

Premières fois

Premier_duo2

Il y a eu le premier peau à peau, le premier jour, le premier bain, le premier trajet en voiture, la première nuit à la maison, la première promenade et ton premier automne, ton premier hiver, ton premier printemps. Premier mois, premier Noël, premier 1er janvier. Il y a eu ton premier sourire, ton premier « aheu », ton premier rire, ta première nuit (une fois seulement, ah oui), la première heure sans toi, le premier jour sans toi. Ta première purée, ton premier séjour à la mer, ton premier passage de frontière et tes premiers pieds attrapés.

Aujourd’hui, quand j’ai senti bien malgré moi monter en moi une vraie vague d’émotion devant ton premier bricolage (ah si on m’avait dit !), ta première main dans la peinture sur un bout de carton, j’ai eu envie de te serrer un peu plus fort en te remerciant de nous faire vivre avec un enthousiasme de gamins toutes ces premières fois à l’unisson avec toi. Et parce que le hasard n’en fait qu’à sa tête, il m’a surprise tout à l’heure dans la salle-de-bain : sous mon index pointait ta première dent. C’est merveilleux, c’est incroyable, c’est fascinant ! Merci mon tout petit de nous offrir autant de jours à célébrer, précieuses balises en guise de cases départ, merci de me faire expérimenter la joie désinhibée et de (re)donner son véritable sens à l’apparente trivialité.

Life lately – Les heures longues

Dailysprinkles_-1

Ces derniers jours, il y a eu le printemps qui s’est immiscé partout, depuis les terrasses jusque dans nos paniers, l’heure d’été qui nous autorise à ralentir le pas sur le chemin du retour, qui nous fait faire de longs détours sous les magnolias et les cerisiers en fleurs pour aller manger les premières glaces de l’année et ce soleil qui donne à la routine ordinaire ce supplément de merveilleux – comme une emphase, je vous le jure, une dame dépose à l’instant son café et dit à son amie « l’heure d’été me fait tant de bien ! ». Ah ça oui, tant de bien, Madame, tant de bien.

Weekly2

J’ai poussé la porte de la boutique éphémère de la marque belge de vêtements pour enfants Bonjour Maurice et j’ai été séduite par la qualité, la beauté et le sens éthique qui guident les créations de Céline et Géraldine, deux jeunes mamans créatives qui ont choisi de mettre au centre de leur travail le jeu et l’autonomie des petits.

BonjourMaurice-2

Weekly1

Le printemps signe également la vraie reprise de mon travail que j’aime tant, et il me tarde de passer d’autres samedi et dimanche matins auprès de familles qui m’invitent à entrer pour une heure ou deux dans leur intimité (j’en profite pour glisser qu’il ne me reste plus aucune disponibilité le week-end jusqu’au mois de juin mais qu’il me reste des moments en semaine, n’hésitez pas à me contacter pour plus d’infos).

Dailysprinkles_-10Enfin, j’ai reçu de la part de Cheerz la toute nouvelle Memory Box spéciale bébé qui constitue, je trouve, un très chouette cadeau de naissance ! 12 intercalaires pour les 12 mois de la première année, 12 cartes « mois » et 100 à 300 photos à faire imprimer. Un vrai coffre à trésor ! Pour toute première commande sur le site, vous pourrez bénéficier d’une réduction de 15% grâce au code LEPLUSBELAGE (petite précision, je ne touche aucune commission).

Belle semaine à tous sous ce beau soleil !

 

« Le temps dure longtemps »

Printemps

Ce soir dans la pénombre de ta chambre, tandis que je te chantais tout bas pour apaiser tes peurs des chansons de coin du feu, que tes yeux et tes mains s’agrippaient à mon visage penché sur le tien ensommeillé, tandis que tu t’affairais à ignorer tes paupières roses et les bâillements qui te soulevaient le ventre, je jurerais avoir éprouvé dans ma chair, arrimé et tendu de mon corps à ton corps, ce lien qui nous unit depuis le premier jour mais que l’on ne voit plus.

Alors c’était donc ça, mon lou, mon coeur, mon amour ? Alors c’est pour toujours.

De notre mieux

Denotremieux-3Les jours sont pleins du son des grelots que tu agites entre tes doigts malhabiles, de bisous sur ton ventre chaud, de l’odeur de ta peau après le bain, de tes sourires qui nous remuent, de ton babillage très sérieux et de tes petites mains tendues qui cherchent nos visages. Je t’ai dans le creux de mon bras, ton oreille sur ma poitrine qui palpite, tes yeux qui interrogent les miens. Je t’ai dans le creux de mon coeur, toi qui remplit tous les silences – tout le vide, toute la vie -, toi qui me manques quand tu n’es pas là.

La vie depuis toi, ça vient ça va, de haut en bas, ça monte et ça descend, risettes et chaudes larmes, intense et merveilleux, ecchymoses en plein coeur, câlins et sparadraps. Mon plus beau voyage, tu vois, catégorie initiatique avec vue sur l’amer et l’amour à la fois. Tu me confrontes à mes propres démons, je m’efforce à baisser la garde, j’apprends à dompter la culpabilité, à chiffonner mes principes, à te confier à mon intuition, et peu à peu je balaie les fondations tenaces – ! – du désir (in)conscient de perfection pour bâtir à la place les lettres : i n t e n t i o n.

Je crois que les enfants viennent au monde pour faire grandir leurs parents. S’ils sont livrés sans modes d’emploi, c’est qu’ils cachent derrière leurs yeux un livre sans fin aux pages couvertes d’esquisses, de codes, d’histoires, de couleurs et de formules magiques. Quelle vaste entreprise que de s’atteler à comprendre les rouages qui animent cette toute petite personne, quel succulent mystère. Et puisque je ne serai pas cette mère irréprochable qui n’existe que dans mes projections d’hier, je te promets de faire chaque jour de mon mieux et de t’offrir le meilleur de moi-même, avec la lune et la mer et le ciel et les étoiles, si tu le veux.

Denotremieux-1

Denotremieux-2