Altérité

LettreaTim1Quel privilège de te voir grandir sous nos yeux, de te regarder dormir dans le noir, tes cils clos sur tes joues pleines, d’ouvrir les yeux chaque matin sur ton premier sourire, de commencer toutes nos journées en chanson.

Un jour je te raconterai comme tu glisses ta main sous ta joue dans ton sommeil, comme ton regard se plisse quand on s’écrie Bravo, comme je t’appelle « ma canaille, mon loulou, mon coeur », comme ça te va si bien. Un jour je te dirai que je regrette de n’avoir pas eu le temps de consigner chaque progrès jour après jour parce que je suis bien trop occupée à te regarder avaler toute la vie dans tes grands yeux bleus.

Je te dirai comme je suis folle de toi et comme ton père tombe un peu plus en amour de toi jour après jour. Je te dirai comment tu as ouvert la brèche dans les remparts que j’ai patiemment érigés pour me protéger de l’extérieur, que je n’ai désormais plus besoin de ces barrages, que le barrage c’est moi pour toi, le temps qu’il faudra. Depuis toi je me dissous dans l’univers. Je veux passer ma vie à rendre le monde un peu plus beau pour toi, je veux nous faire confiance, poursuivre ma quête du Sens et agir pour le bien des miens, pour l’équilibre, je veux partir pour le temps qu’il me reste en croisade pour le bien commun.

Viens, vole, vis, virvolte. Ne perdons pas de temps, mon enfant.

LettreaTim2