25 ans, et un coeur qui bat

10KohYao (4)

J’ai 25 ans et je ne suis plus invincible. Je prends la mesure de la fragilité de ma chair, de mes os, de mon corps tout entier. J’ai sur la peau des traces indélébiles et l’esquisse de sillons qui filent au creux des yeux. Je pense « tu ne seras jamais aussi jeune que tu ne l’es aujourd’hui » et j’inspire en grand pour me remplir du temps qui passe et qui ne reviendra pas. Autour, il y a la vie qui tient à un fil et ceux qui s’en vont, toujours un peu trop tôt. Il y a la vie, fragile, insaisissable, que je veux tout à la fois enlacer sans retenue et qui m’effraye dans le silence de la nuit.

J’ai 25 ans et je saisis toute entière la valeur de l’instant présent. Le passé me fonde et le futur m’intrigue, mais aujourd’hui est vivant. Si je peine à l’asseoir pour le contempler, je sais que lui seul témoigne de mes mains qui s’agitent, de mes jambes, de mes pieds qui foulent le pavé. Un, deux, trois.

J’ai 25 ans et je laisse peu à peu tomber les masques, je n’ai plus peur de moi, je ne crains presque plus les autres. J’ai fini par comprendre que je ne pourrais pas être tout ce que j’aspirais à devenir et que ça m’allait bien comme ça. Qu’il est vain et fade de vouloir plaire à tout le monde, que je ne serais jamais plus heureuse qu’en vivant du fond du coeur et qu’en étant vraie, sans pudeur.

J’ai 25 ans et je ne sais pas exactement ce que je veux faire de ma vie même si je pense bien savoir comment. Devant moi, la vie folle, dangereuse, immense, belle, éprouvante, surprenante, injuste et fascinante m’attrape par les deux mains, les deux pieds, la tête, le ventre. J’ai 25 ans et je remercie mon coeur qui bat.